Consommait-on des céréales au Paléolithique ?

Y avait-il des céréales au Paléolithique ?
Pas de céréales au paléolithique ? (craie de rue) – Monique Ubaldi

Consommait-on des céréales au Paléolithique ? Une équipe de chercheurs italiens a publié en 2015, dans la revue scientifique Proceedings of National Academy of Sciences, (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4593080/)

une étude qui démontre que les hommes du Paléolithique qui occupaient le site de Paglicci (grotte se situant dans les Pouilles, dans le Sud-Est de l’Italie) il y a 32 000 ans consommaient diverses céréales, dont ils broyaient les graines pour obtenir de la farine.

Une découverte similaire, datée de la même époque, fait état de céréales retrouvées dans des grottes en Angleterre bien avant l’avènement du Néolithique.

Il est par ailleurs curieux d’affirmer le contraire, puisque les hommes ont mis les céréales en culture lorsqu’ils se sont sédentarisés.

Pourquoi l’auraient-ils fait s’ils ne les consommaient pas avant ? Et comment auraient-ils planté quelque chose qui n’existait pas ? Les céréales sauvages existent encore aujourd’hui, elles poussent sous toutes les latitudes, ce sont des structures simples qui croissent et se répandent rapidement.

Le fait de consommer des céréales ne constitue pas un problème en lui-même. Lorsqu’elles sont complètes et qu’elles n’ont pas été sélectionnées génétiquement à outrance, elles regorgent de vitamines, de fibres et de sels minéraux et sont excellentes pour la santé.

L’orge, le petit épeautre, l’avoine manquent aujourd’hui à notre table, remplacés par le blé. Pourtant, consommées sous forme de graines que l’on laisse tremper (comme le riz complet) avant cuisson, ces céréales se cuisent en 10 minutes à la vapeur et sont délicieuses.

Le blé a de tous temps été sélectionné pour donner du bon pain et de beaux gâteaux, bien gonflés par l’action des levures. Les égyptiens et les romains utilisaient déjà des levures. Cela laisse imaginer comment cette céréale a de tous temps été sélectionnée pour être très riche en gluten.

Le problème n’est donc pas dans les céréales mais dans le blé tel qu’il existe actuellement.

Le régime Seignalet étend le principe de toxicité à la plus grande partie des céréales et en recommande également l’éviction du maïs, du seigle, de l’orge, de l’avoine, du kamut, de l’épeautre, du millet, ce sont selon son enseignement  des céréales qui ont mutées et qui sont donc indigestes, contrairement au riz ou au sarrasin, qui sont considérés comme digestes. Ces céréales peuvent toutefois être réintroduites dans une certaine quantité dans l’alimentation après guérison des symptômes.

Je suis naturopathe et consultante en nutrition. Mon cabinet se situe au cœur de Toulouse, dans le quartier de Saint-Cyprien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *